Vos commentaires sur le livre « Chassez les papillons noirs » de Sarah Montard

Les personnes ayant déjà lu le livre peuvent poster leurs commentaires sur cette page et donner une note d’appréciation

11 Réponses to “Vos commentaires sur le livre « Chassez les papillons noirs » de Sarah Montard”

  1. ALLARD Françoise Says:

    Bonjour,
    J’ai lu d’une traite le récit de Sarah. Son histoire est poignante, et très bien amenée par des notes optimistes, notamment par son attachement pour ses enfants, beaux enfants et petits enfants.
    J’ai eu la grande chance de faire connaissance avec elle, et je trouve que son ouvrage est tout à fait authentique, c’est la vraie Sarah que j’ai eu la chance de découvrir.
    Je pense à vous aussi, enfants de déportés qui avez dû hériter de ce fardeau que votre maman a du porter depuis son arrestation et les terribles évènements qu’elle a vécus.
    En tous cas, sa volonté de témoignage n’a pas de valeur, car ce sont vraiment les rescapés qui peuvent encore laisser des traces vivantes du devoir de mémoire. J’admire son investissement personnel dans ce cadre, et l’en remercie de tout coeur.

    Bien à vous, à Sarah et tous ceux qu’elle aime et qui l’aiment….

  2. Moutier Lara Says:

    Bonjour,
    J’ai terminé « Chassez les papillons noirs » cette nuit, c’est avec beaucoup d’émotion que j’ai refermé le livre. D’abord je m’étais attachée à cette relation intime que votre mère tisse avec le lecteur, puis j’ai été touchée par l’intensité de ce récit. Ce n’est pas le premier que je lis, j’en ai même lu beaucoup mais celui ci à quelque chose de particulier. Peut-être parce son témoignage grave, sur cette partie de l’Histoire, est en premier celui d’une femme, devenue épouse, mère, et qui nous transmet justement comment on peut le devenir après avoir vécu ou survécu à l’innommable, l’indescriptible, la déshumanisation qu’elle parvient avec des mots simples à nous rendre compte avec pudeur et force. Je suis enseignante auprès d’élèves en situation d’handicap, voilà quelques temps que j’avais envie de travailler avec eux sur ce devoir de mémoire. Je ne sais pas encore comment procéder parce que cela demande de multiples adaptations mais, je pense que votre mère saurait le plus simplement possible les initier à ce sujet. Pensez vous qu’elle accepterez d’intervenir dans mon établissement spécialisé à quelques kilomètres de chez elle ? Je vous remercie pour ce blog très intéressant, et compte sur vous pour dire à votre maman combien son livre est important surtout aujourd’hui où notre société oublie les leçons de l’Histoire. Très sincèrement.

    • laurent Says:

      Bonjour,
      J’envoie votre commentaire à ma mère qui sans aucun doute vous contactera dans les jours à venir.
      Cordialement,
      Laurent MONTARD

  3. Dominique Samuel Says:

    Madame, j’ai lu votre livre « CHASSEZ LES PAPILLONS NOIRS »

    Au cours du  » voyage de mémoire » que j’ai fait à Auschwitz, un jour d’hiver 2005, guidé par vous, je me demandais, en vous écoutant témoigner de votre parcours d’enfant pendant ces années noires de la Shoah, comment la petite fille dont vous nous parliez avait pu devenir la femme exceptionnelle que vous étiez maintenant, comment aviez vous fait pour résister à la désagrégation qu’aurait pu, qu’aurait du, provoquer cette plongée dans la cruauté humaine, comment malgré cette expérience de la barbarie, vous aviez pu reconquérir cette humanité, ce goût de la vie et même peut être, un certain bonheur ?

    C’est en lisant votre livre que j’ai pu trouver les réponses à la plupart de mes questions :

    J’ai compris que la frontière entre l’humain et l’inhumain était très ténue.

    J’ai compris qu’une grande part de votre force venait de l’amour qui vous liait à vos parents .

    J’ai compris que la rencontre avec l’homme de votre vie et les naissances successives de vos enfants puis de vos petits enfants avaient été les briques de votre reconstruction.

    Mais, surtout j’ai réalisé, que seules quelques très rares personnes dont vous êtes, arrivent à surmonter avec cette dignité, et bien plus que cela encore, de tels bouleversements.

    Quand je vous ai demandé : « comment faites vous ? » vous m’avez répondu :

    « Chaque jour, je choisis de voir que, mon verre est à moitié plein, plutôt qu’à moitié vide . »

    Prendre la décision de lutter chaque jour et s’y tenir : « chassez les papillons noirs » !

    Mais cet exploit, très peu sont capables de l’accomplir.

    Merci d’être ce témoin généreux, j’ai besoin de savoir qu’il existe des Femmes comme vous.

    Dominique SAMUEL

  4. bersillon marie Says:

    Bonjour Sarah, je suis Marie Bersillon, la cousine de Sylviane Montard et fille de Robert, le frère d’Yves. Votre livre m’a bouleversée. Bien sûr je connais cette période de l’histoire mais votre livre va plus loin encore et nous montre à quel point l’être humain peut être cruel et dangereux. Cela fait vraiment peur. Je vous ai rencontré au mariage de Sylviane et de Laurent. Je me souviens très bien du tatouage que vous nous aviez montré. Cela m’a marqué à vie. Je trouve que vous avez raison de témoigner, aussi bien pour vous, pour votre famille que pour l’histoire. Sincèrement j’admire votre courage. Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année. Marie Bersillon.

  5. Coralie Says:

    Bonjour, suite au débat du 14 mars sur France 3, les enfants veulent lire « Chassez les papillons noirs ». Notre souhait de parents est que les générations suivantes n’oublient jamais l’Histoire afin de pas reproduire de telles horreurs même si malheureusement aujourd’hui dans le monde des personnes souffrent encore à cause des guerres trop nombreuses et du racisme.
    Coralie

  6. KARINE Says:

    C’est avec un peu de tristesse que je viens de finir le livre car je n’aurais plus ce plaisir de tourner les pages et de les dévorer.
    Il va être un des livres que je vais garder non pas parce que je l’ai aimé mais parce qu’il me permettra de transmettre à mon enfant une part de son histoire familiale car à travers ces pages, je retrouve un peu ce qu’a pu vivre mon grand père.
    Au delà de l’aspect historique fort on partage un lien avec Sarah car nous la découvrons enfant, adolescente et femme et c’est là l’une des forces de ce livre puisqu’il ne se limite pas à un récit sur l’univers des camps de concentration.
    Que votre mère continue ce travail de mémoire et transmettez lui toutes mes amitiés, sincèrement elle a une part dans mon cœur.
    Pour que jamais on n’oublie même si on ne peut comprendre l’incompréhensible.
    Karine

  7. arnie dratt Says:

    Perhaps you can read English and if not i can try to write to you in French. I met your mother Sarah and father Philippe when I was a student in Paris in 1965 in, I believe le Pecq. We are part of the Korenbaum family; my grandmother was Ida Suschick and was born in Malorita. My wife and I live in Chicago.

    My wife and I are going to be in Paris for a week in late October and I think it would be interesting to meet. You can google me (Arnie Dratt) and my best email address is
    Et vous pouvez repondre en francais.

    Best regards,

    Arnie Dratt

    • laurent Says:

      Bonjour Arnie,

      J’ai pris part de votre message et contacte ma mère pour organiser une rencontre avec elle

      Laurent

  8. Amandine C. Says:

    Bonjour,

    J’ai lu le livre de votre maman Sarah. Son histoire m’a emplie d’émotions, de tristesse et de honte envers l’âme humaine. J’ai 26 ans et passionnée depuis l’enfance par cette période de l’histoire et je dois dire que l’on en a jamais assez de ces témoignages. Je la remercie pour ce beau geste car si j’ai pu imaginer l’horreur vécue racontée dans son récit, je ne peux imaginer les cicatrices qui lui ont été infligées. A travers les lignes, malgré les autres livres que j’ai pu lire, j’étais sans cesse estomaquée à la découverte de faits qui m’étaient inconnus. J’ai été aussi frappée par les quelques reproches qu’elle a reçus sur sa condition de déportée. Cruauté n’est pas un mot assez fort pour décrire la race humaine.

    Que votre maman nous raconte toute son histoire, son enfance, ses parents, sa vie de jeune fille sous l’occupation m’a profondément émue. Et je ne cesse de me demander ce que j’aurais fait à sa place. Aujourd’hui, je pense qu’il ne faut pas oublier et si je suis mère un jour, c’est une des premières choses que j’insufflerai à mes enfants.

    Je souhaite à Sarah de mordre la vie à pleine dents.

    Merci encore,
    Amandine

  9. lucie Says:

    bonjour,
    J’ai déjà eu l’occasion de rencontrer Sarah Montard lors de ma dernière année de collège à Brionne, en 2012 durant laquelle elle nous a raconter son histoire.Je prépare actuellement un devoir important pour mon BAC dont le sujet est la place des femmes lors des deux guerres mondiales qu’a connu l’histoire. C’est pourquoi serait-il possible de savoir si je pourrais rencontrer une nouvelle fois madame Montard pour la faire apparaitre dans mon devoir. merci d’avance, Lucie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :