Voyage à Auschwitz

5h00 du matin. Ma mère et moi nous nous réveillons pour le voyage en Pologne. Il fait –3° et la neige est présente. Vers 6h30 nous arrivons à l’aéroport où nous retrouvons ma sœur Claire, pour l’enregistrement de nos bagages. Lors de l’annonce pour l’embarquement, nous voyons une multitude de gens se rassembler, environ 90 pour ce voyage. C’est alors que commencent les contrôles : papiers d’identité puis passage sous le portillon métallique. A ce moment j’ai du faire marche arrière à cause de mon téléphone portable, j’avais pris tout de même la précaution d’enlever mes bottines légèrement ferreuses avant le 1er passage. Bref, nous attendons sagement l’ordre de partir vers les autocars. Il est 7h45. Oh! Qu’il fait froid et lorsque nous descendons des autocars, nous devons faire extrêmement attention de ne pas glisser tellement les pistes sont gelées pour rejoindre l’avion. Une fois à l’intérieur, ma mère nous dit qu’elle veut être du côté du hublot pour voir le paysage, nous lui laissons la place tout en lui disant qu’il lui serait difficile de voir quelque chose vu le gel sur le hublot. Une heure passe à peu près avant le grand départ à cause de contrôles très stricts et surtout un gros problème : le gel de l’avion qu’il faut acheminer vers une piste où on procède au dégivrage.

Vers 9h00, l’avion prend alors son envol pour la Pologne. C’est avec joie que nous prenons cet engin volant malgré une petite angoisse de ma sœur que l’avion ne tombe surtout pas. Et pour passer le temps, nous nous racontons des histoires drôles. Vous en voulez une : c’est l’histoire d’une femme qui prenant l’avion un jour a dû aller aux toilettes et a malencontreusement tiré la chasse d’eau sans se lever et s’est retrouvée aspirer sur le trône durant tout le voyage et ce sont les pompiers qui ont découpé le trône pour qu’elle s’en sorte. Aïe! , aïe!. çà a dû faire ( histoire véridique pourtant ) et comme tout allait un peu canard boiteux ce matin, nous avons appris que les WC étaient aussi gelés ( temporairement heureusement ) ce qui nous a beaucoup fait rire. Vers 9h15, les hôtesses de l’air nous servent le déjeuner. Surprise, il n’y a rien de chaud suite à une défaillance thermique et nous nous retrouvons avec un repas très froid et de surcroît cacher. 10h45, nous arrivons à Cracovie avec une température de –10° et un sol tout blanc recouvert de 15 cm de neige. Apparemment, il n’y a pas beaucoup de trafic, un seul avion sur le terrain à part nous. Trois autocars nous attendent pour nous rendre à Birkenau. Enfin, en attendant l’organisation pour se répartir dans les autocars, je me fais un petit plaisir de fumer une cigarette légèrement refroidie par ce temps glacial. Enfin, départ vers Birkenau où tout ce petit monde se sépare en trois pour se répartir dans les cars. Il y a deux classes de lycéens et le reste des personnes de tous ages et de tous horizons. Je me retrouve assis à côté de ma sœur et ma mère près d’une lycéenne avec qui elle a vite sympathisée. Notre guide français, ancien témoin de l’ Holocauste s’appelle Charles BARON. 12h00, Nous arrivons à Birkenau où la visite peut commencer…….


image1

Nous voilà à Birkenau, première étape de notre séjour. Du haut de cette fenêtre, nous voyons cette voie ferrée longue et lugubre avec à gauche, le camp des femmes et à droite le camp des hommes. Bon, je sais les photos sont un peu petites mais si j’agrandis ça va faire un document trop long.

image2

C’est alors là que les souvenirs reviennent aux guides et à notre mère. Et moi-même et ma sœur ressentons les mêmes choses car nous avons vécu tous ces instants par les narrations de notre mère.Nous sommes pourtant vêtus d’habits chauds mais ce paysage nous glace quand on sait que les déportés étaient tous très peu vêtu voir pas du tout à cette même époque en 1945

image3

Nous commençons la visite par le camp des hommes. 1ère halte : Les latrines. Quelle honte de la part des allemands d’avoir eu si peu de respect pour les êtres humains ! Beaucoup de jeunes du groupe ont été surpris eux aussi.

Je crois qu’ils ne savaient pas trop ce que nous allions voir.

image4


Ici, nous nous retrouvons dans un baraquement des hommes.

L’état de cet endroit laissait apparaître malgré 2 cheminées qu’il ne devait pas faire si chaud vu les ouvertures sur le toit. Et de ce qui est pour dormir, çà ne devait pas être très agréable.


image5

Ici sur insistance de ma mère tout à son honneur, nous avons pu retrouver son baraquement dans le camp des femmes. C’est le deuxième en partant de la gauche. Là, les logements étaient en briques contrairement à ceux des hommes en bois.

image6

Toujours le même baraquement, en partant de la gauche. Pour ma part, j’ai eu un grand moment d’émotion indescriptible quant à ma mère et ma sœur, je le pense sans aucun doute aussi.

image7

Ici, nous sommes à l’intérieur d’un des bâtiments des femmes.

La structure reste identique à celle des bâtiments masculins.

image8

C’est toujours aussi poignant qu’au début de la visite, j’ai honte de ce qu’a fait l’Allemagne à la race humaine et pourtant nous n’avons pas vu encore le pire.

image9

Ici, au bout du camp, un monument et plusieurs plaques ont été dressées longtemps après la guerre à la mémoire des déportés.

image10

En arrière plan, on voit les ruines des crématoires du camp.

Pas de commentaire, nous sommes émus.

image11

En faisant marche arrière, nous retrouvons la voie ferrée et au bout le bâtiment principal.

Le temps est toujours glacial et triste.

Nous retournons aux autocars un peu abasourdis par ce que nous avons vu, il est 13h30 et devons nous rendre très vite au camp d’Auschwitz pour continuer la visite. Pendant cette première visite, j’ai été content de voir ma mère qui ne semblait pas être trop traumatisée et d’avoir eu la chance d’avoir plusieurs lycéens autour d’elle lui demandant ses propres témoignages au détriment des guides français. Je tiens à préciser aussi, que durant toute la journée, il y avait aussi des guides polonais qui connaissaient bien leur sujet mais ne pouvaient pas se substituer à ma mère et aux guides français qui avaient été témoins eux-mêmes de cet holocauste.

Vers 14h, Nous arrivons au camp d’Auschwitz et avant la visite, nous disposons d’une heure pour déjeuner, aller aux WC, se dégourdir les jambes dans un musée chauffé. Mais bien que nous ayons faim, nous avons très peu mangé sans doute dû à la visite du premier camp.

15h, nous nous mettons en route pour la visite du camp d’Auschwitz…..

image12


Nous sommes devant l’entrée du camp où ma mère a tenu que nous soyons pris tous les trois en photo.

Heureusement qu’il y avait les jeunes, nous n’avons pas trop attendu pour la pose sinon nous aurions peut-être été transformés en glaçons….

image13


Toujours l’entrée, on attend le feu vert des guides pour rentrer à l’intérieur.

image14

Nous passons devant beaucoup de bâtiments d’un aspect triste qui ont servi de chambres,

d’autres de salles de torture, et j’en passe.

image15


Photo prise à l’intérieur d’un bâtiment où nous entamons les visites du souvenir.

Nous traversons beaucoup de salles dédiées à la mémoire des déportés morts ou vifs. (Photos, documents,…)

Puis, dans d’autres salles sont exposés dans de grandes vitrines par catégorie : les vêtements des adultes, ensuite des enfants, les valises, les cheveux, les peignes, les prothèses style jambes de bois, béquilles.

image16

Toutes ces salles que nous visitons montrant la monstruosité de ces allemands me refroidissent.

Et puis, pour tout visiter nous ressortons souvent dehors où le soir commence à tomber.

Il est 17h environ.

image17


Apparemment, ici nous faisons un petit break dehors en attendant les retardataires dont ma mère qui commence à avoir des douleurs pour marcher et qui cause toujours avec les jeunes gens.

image18

Nous sommes dans un baraquement où nous avons pu voir des salles de torture et de la mort,et dans une autre salle beaucoup de documents et photos de la guerre.

Ici, se trouve une stèle où l’on peut se recueillir imprégnée par des airs musicaux.

image19

Au fond de cette même salle, un bien curieux ouvrage d’art.

image20

Bon, là il commence à faire nuit, nous continuons notre visite bientôt à terme.

Dans le fond, on voit ma mère et ma sœur.

Je vous assure, ce sont bien elles.

image21

Là, je ne sais pas trop ce que j’ai voulu prendre mais ce n’est pas grave, elle est quand même chouette ma photo.

image22

Nous nous retrouvons devant des poteaux qui étaient électrifiés pendant la guerre. Tous les fils ont été enlevés mais le guide polonais nous a dit que bientôt ils remettraient d’autres fils mais cette fois-ci sans courant.

image23

Enfin, ma mère a retrouvé son baraquement. Merci au guide polonais qui nous a aidé dans nos démarches.

image24

Une photo encore, et notre petite maman apprécie çà beaucoup.

image25

Encore des poteaux.

C’est lugubre et sans commentaires.

image26

Ah! Là, je n’étais pas d’accord pour cette photo, mais ma mère a insisté que je la prenne car a t-elle dit simplement :  je n’ai jamais eu l’occasion de voir un four crématoire. Heureusement tout de même sinon nous ne serions pas là !

image27

La visite se termine ainsi. Il est 18h00 environ et nous devons retourner à Cracovie.


Nous arrivons vers 19h00 à Cracovie et devons attendre trois quarts d’heure environ avant le départ. Nous avons alors mangé les derniers sandwichs qui nous restaient. C’était un encas mérité après cette dure et froide journée. Enfin, c’est le départ : retour vers la France. Nous retrouvons à nouveau l’équipage de ce matin prêt à nous donner un repas qui par chance était chaud mais toujours kasher. Mais pour ce qui est du café ou thé, toujours la panne thermique.

J’ai très apprécié ainsi que ma mère et ma sœur cette journée. Elle nous a rappelé que les atrocités de la guerre de 1939-1945 resterons gravées dans notre mémoire et qu’aujourd’hui en l’an 2003, le monde n’a toujours pas compris le sens du mot PAIX puisqu’à ce moment où j’écris une nouvelle guerre est inévitable entre nos alliés américains et le tyran irakien.

Ma mère a pu exorcisé ses souvenirs durant cette visite et souhaite si elle le peut comme Charles devenir guide à son tour pour faire à nouveau ce voyage et transmettre ses connaissances à qui voudra aller visiter les Camps en Pologne.

A ma maman,

Laurent……

mardi 11 mars 2003

PS : Mais au fait, maman dans 5 jours c’est ton anniversaire. Alors, BON ANNIVERSAIRE…….


11 Réponses to “Voyage à Auschwitz”

  1. Amandine Jouot Says:

    Bonjour, je viens de parcourir votre article et je le trouve très interessant.

    Avec une amie nous parlons depuis quelques temps de faire un voyage en Pologne pour visiter ce camp. Auriez vous quelques conseils à me donner pour organiser ce voyage ?

    Bonne journée
    Cordialement
    Amandine

    • laurent Says:

      Bonjour,

      Je vous conseille d’aller sur le site http://www.memorialdelashoah.fr rubrique Programme des activités > Voyages de mémoire > Voyages de mémoire au camp d’Auschwitz
      Vous pourrez contacter ainsi la personne qui gère les voyages.

      Merci pour votre intérêt à mon site

  2. MME BESNARD Says:

    je viens de lire et regarder vous photos et commentaires,
    votre maman a témoigner a Aubergenville dans le 78 en ce début d’année.

    j’ai été boulEverser par son vécu mais entendre ce qui c’est passer durant cette période de la bouche mËme d’une personne victime des s.s est vraiment tres utile .

    je l ‘en remercie

    amicalement,

    véronque

  3. ALLARD Françoise Says:

    Bonjour,

    J’ai entièrement parcouru votre site, et c’est ce dernier chapître qui m’a le plus intéressé.
    Grâce à vous, j’ai pu avoir des contacts avec Sarah. C’est une femme extraordinaire, vous avez beaucoup de chance d’avoir une maman comme elle.
    Merci à vous pour ce site, parfaitement réalisé. Félicitations

    • laurent Says:

      Merci

  4. Gex Says:

    je savais que Hitler était un enfoiré bravo pour vos photos ça du être dur pour vous sébastien

  5. vallois Says:

    je voudrais faire un voyage et faire un petit livre sur auschwitz comment faire

    • laurent Says:

      Pour faire le voyage à auschwitz, allez sur le lien suivant : http://www.memorialdelashoah.org/b_content/getContentFromNumLinkAction.do?itemId=390&type=1, côté livre si vous faites le voyage cela vous apportera des éléments et allez donc à différentes rencontres au Mémorial de la Shoah où on aborde le sujet.

  6. Céline Says:

    Merci pour ce compte rendu… Rien que ça, ça m’a foutu les boules. J’aimerais visiter Auschwitz mais étant très émotive,je n’ose pas.. Qui sait? Peut-être qu’un jour je prendrai mon courage à deux mains. Merci encore…. & paix à toutes ces âmes courageuses .

    Biz

  7. Taos Says:

    Bonjour Monsieur Montard
    Merci pour votre blog qui permet la transmission du devoir de memoire.
    Je connais votre maman, comme beaucoup d entre nous, pour l’avoir ecoutee et vue lors de ses differents temoignages. Une tres grande Dame.
    Accepteriez-vous d’echanger via ma boite mail s il vous plait afin de me donner les voies qui me permeteraient de perpetuer cette Mémoire ? Je souhaite de tout coeur y contribuer car ma vie est beaucoup régie par la Shoah et les personnes qui en ont ete victimes, rien ne pourra leur rendre justice, mais les connaitre, les aimer et parler de leurs souffrances est devenu primordial pour moi.
    Merci a vous de porter attention a mon appel.
    Bien respectueusement
    Taos H.

  8. ludivine Oliveira Says:

    Bonjour Laurent,

    Nous nous sommes rendus à Cracovie la semaine dernière. Depuis cette ville, nous sommes allés visiter les camps d’Auswitch-Birkenau . Nous avons eu la chance d’avoir une visite en français que nous avions réservé via le mémorial.
    Nous avons été très marqués par cette visite. Ce fut très éprouvant. Ces lieux sont lourds de sens, l’écho douloureux de ces murs se ressent fortement. Une question revient systématiquement : ou était l’humanité ? Comment l’Homme peut-il être capable d’autant de cruauté envers ses semblables ? Comment une telle chose a pu se produire dans l’histoire ? Mais surtout, comment l’humanité a-t-elle pu laisser reproduire de telles horreurs après la guerre ? Ce génocide n’appartient pas à au passé quand l’on sait que d’autres régions du monde ont connu ces crimes dans la plus grande inertie de la part de la communauté internationale.

    Plus de 70 ans après, l’extrême droite est aux portes de l’Europe. L’antisémitisme et la peur de l’autre, de la différence ressurgit avec force. La tentative de l’entre-soi est de plus en plus présente.

    « Celui qui ne connaît pas son histoire est condamné à la revivre ».

    Nous aurons l’occasion d’en discuter oralement ensemble.

    Ludivine et Guillaume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :